wts events

now browsing by tag

 
 

Témoignage Cyril Zaprilla : Futur participant NMV 2016 !

Le témoignage de Cyril Zaprilla – DTZ

zaprilla-e1456761076428.

1- Bonjour Cyril, peux-tu présenter en quelques lignes ?
Je vis à Paris, j’ai 42 ans, suis marié et père de 3 filles âgées de 7, 11 et 15 ans. Je suis un ancien Rugbyman d’origine toulousaine et j’ai toujours pratiqué le sport de façon régulière durant ma jeunesse et souvent en compétition. J’ai évolué au poste de Centre et ai joué pendant de nombreuses années. J’ai terminé en Fédéral 2 (mais j’étais souvent sur le banc…). Après avoir arrêté, je me suis contenté d’un entretien plus ou moins régulier en salle de sport.

2- Tu as participé à la seconde édition du challenge Nice Mont Ventoux l’année dernière, qu’en as-tu retenu ?
La première chose que j’en retiens, c’est l’aventure humaine. Les belles rencontres dans les moments d’effort intense et ce bien avant d’arriver au pied du Ventoux! Des amitiés naissantes et qui se confirment aujourd’hui, d’autres qui se consolident, les échanges entre professionnels sur les bienfaits du sport en entreprise…. Sans oublier les fantastiques paysages, l’encadrement… que de choses à évoquer.

3- Nice Mont Ventoux étant un challenge pour entrepreneurs, il serait intéressant que tu présentes ta société. Dans quel est le secteur d’activité es-tu et où est basée l’entreprise ? Je travaille chez DTZ Investors France qui est une société d’Asset Management immobilier, filiale du groupe mondial DTZ – Cushman & Wakefield Cette société compte 50 personnes environ en France. Je suis membre du comité de direction en tant que Directeur de la ligne de service Commerce. Cette entreprise est basée aux portes de Paris.

4- Le sport et/ou l’activité physique fait-il partie de la stratégie de votre entreprise (RH, communication, prévention…) ?
Malheureusement, le sport n’est pas suffisamment mis en avant dans les entreprises comme la notre. C’est tout à fait dommage car mon président est marathonien et VTTiste, notre directeur général ceinture noire de judo et cycliste quand à notre directrice financière, elle joue encore à un excellent niveau régional en Volley-ball. Certains collaborateurs sont triathlètes, d’autres pratiquent la course à pied. Nous aurions de la matière… mais je ne renonce pas. A mon échelle, je pousse les collaborateurs à faire du sport notamment pour les plus jeunes qui se laissent aller de plus en plus tôt à mon grand désarroi….

5- Revenons à toi, quelle importance accordes-tu à la pratique du sport ?
Le sport est devenu aujourd’hui pour moi quasi quotidien. La rencontre avec mon Coach a été déterminante car elle me permet de concilier ma vie familiale qui reste ma grand priorité, ma vie professionnelle et ma vie sportive. Elle me permet aussi de progresser, car sans progression difficile de garder la motivation. Le sport pratiqué avec assiduité donne une stabilité surprenante dans la vie de tous les jours et permet sans trop s’en rendre compte de préserver son capital le plus précieux, sa santé. Les petits excès sont « gommés » par une séance un plus appuyée le lendemain, le sommeil est retrouvé, les grands excès n’existent plus. L’alimentation devient plus saine.

6- A ce jour, où en es-tu dans ta préparation en vue du challenge 2016 ?

Je poursuis ma préparation et commence à sentir les bienfaits des séances hivernales. L’hiver n’ayant pas été trop rude, j’ai pu assurer l’ensemble des séances prévues. Les phases de récupération très importantes sont de vraies périodes de répit, j’en conclus que je mets suffisamment d’intensité dans mes séances. J’ai hâte de me confronter aux difficultés des premiers cols (mi-Mars près de Nice) pour constater réellement mon état de forme. Mais nous sommes encore loin de l’objectif, et suivre un programme aide à ne pas trop se « cramer » sur ces mois d’hiver.

7- Pour terminer quel conseil donnerais-tu à ceux qui doutent de leurs capacités à faire ce challenge ?
De ne pas douter! Il faut rouler régulièrement certes, mais chacun, à son rythme, peut trouver les ressources pour aller chercher le Ventoux en fin de challenge. « Le mont Chauve » est difficile mais il se surmonte avec patience et abnégation. Le tout, à mon sens, est d’avoir suffisamment de foncier pour que le corps accepte trois jours successifs à forte intensité. Mais ce challenge est suffisamment bien pensé pour permettre à un cycliste de niveau moyen de parvenir au bout de l’aventure.

Vous souhaitez participer à l’un de nos challenges pour Entreprises ?
Inscrivez-vous pour le Challenge Nice Mont Ventoux
Inscrivez-vous pour le Challenge Corsica
Contactez-nous pour toute autre question. 

.

.